diminuer la taille du texte augmenter la taille du texte

Media

Lorientales 2018. « L’amas ardent », du Tunisien Yamen Manai, primé © Le Télégramme

Le Télégramme 10/6/2018

C’est l’écrivain tunisien Yamen Manai qui a reçu le huitième prix littéraire des Lorientales, ce samedi.

Le huitième prix littéraire des Lorientales, version 2018, a été attribué, ce samedi, au roman « L’amas ardent », de l’écrivain tunisien Yamen Manai. « Le livre a été élu haut la main au premier tour, avec huit voix sur 16. Il a largement devancé tous les autres concurrents. Un livre n’a reçu aucune voix et les trois autres lauréats se sont partagé les miettes… », a précisé Omar Taleb, le créateur du festival.

Une fable moderne
En véritable conteur, Yamen Manai dresse, avec vivacité et humour, le portrait aigre-doux d’un pays vibrionnant, où les fanatiques de Dieu ne sont pas à l’abri de Sa foudre. Une fable moderne et savoureuse qui a séduit le jury des Lorientales 2018. Et ravi son président : « C’est la première fois depuis longtemps qu’un livre qui ne parle pas de guerre remporte le prix ! », a-t-il lancé, à l’issue du vote.
« C’est un livre tout en douceur, tout en finesse, tout en fluidité. C’est un conte, une fable qui peut parler à tout le monde, même aux jeunes de 15 ans. Le livre offre un parallèle entre les frelons asiatiques qui détruisent les colonies d’abeilles et Daesh qui arrive dans un village… Avec, en filigrane, une puissance dans les métaphores… Ou comment lutter contre l’état islamique grâce aux abeilles ! », glisse le responsable, « fier » également de « couronner un éditeur tunisien. On s’ouvre aux autres. C’est ça, la philosophie des Lorientales ».