diminuer la taille du texte augmenter la taille du texte

Prix littéraire

PRIX du livre LORIENTALES 2023

La première liste en cours d'élaboration

LISTE PRESELECTION PRIX LORIENTALES 2023


En italique les livres non reçus


Actes Sud Sindbad 

- Dans sa chair, Yasmine CHAMI

- Voyage en Iran, Nedim GÜRSEL

- Comme un désir qui ne veut pas mourir Alia MAMDOUH 

- Les noyées du Nil Yasmine CHAMI

- Hâpy Taleb ALREFAI

- La Voisine du cinquième Habib SELMI


Albin Michel

Anne Carrière

Aparis

Arènes

Ateliers Henry Dougier 

Au diable Vauvert 

Barzach

Belfond 

- Maman pour le dîner, Shalom Auslander

Buchet Chastel

ça et là 


Calmann-Levy 

- La nièce du taxidermiste, Khadija Delaval


Cerf

Charleston

Cherche Midi

Chihab éditions 


Complicités

Denoël

Des femmes Antoinette Fouque 

Editis

Editions de l'Aube 

Editions Baudelaire 

- Dialogues entre Paris et Beyrouth, Lamia Dominique KHOURY

- Illumination, Mahdi RÉDOUANE


Editions Lazare et Capucine 

Editions David, Ottawa 

Editions Paroles 

Editions Picquier 

Emmanuelle Collas 

- La fille de l’ethnographe Timour Muhidine

- Noël chez les Zemmouri


Elyzad 


Fallois

Fauves

- La concubine des montagnes de Luan Rama


Flammarion 

- Une chambre en exil, Omar Youssef Souleimane


Gallimard 

- Les petites amoureuses, Clara Benador

- L'homme sans titre, Xavier Leclerc


Gallmeister

Grasset

Grevis 

- La menthe sauvage, Mohammed Kenzi


Hachette

Héloïse d'Ormesson 

Iconoclaste

JC Lattes 

Joelle Losfeld Gallimard 

Julliard 

- Danser dans la mosquée Homeira Qaderi 

Kiwi


Kontr

- Je nais de mes racines, Tomris Alpay


L'Archipel

L'asiathèque

L' Espace d'un Instant 

L'Harmattan 

- Croisée des chemins, Mounir Mosaddak

- Les impliqués:   Kabyle à en mourir, Hassiba Ramdani


La Baconnière 

- TAMAM, Maxime Maillard

La Découverte

La déviation 

Le nouvel Attila 

Le chant des voyelles 

- Pour qui brûlent nos âmes, Kabira Beniz

Les Escales 

- D'audace et de liberté , Akli Tadjer


Les presses de la cité 

La Martinière

La Table Ronde

Lafon Michel

Le pommier 

- Mokhtar et le figuier, Abdelkader Djemaï

Liana Levi

Libella

Magellan et Cie

Miallet-Barrault 

- Les vertueux, Yasmina Khadra


Michalon 

- Nous avons traversé l'enfer : le livre des femmes oubliées, Jwan Awara


Mémoire d'encrier 

- Tireur embusqué


Mercure de France

Minuit

Nil


Observatoire 

- Balak, Chawki Amari


Olivier

Orizons

Panthéon

Passage

Pauvert/Fayard

Phoebus

Plon

Points

POL

Riveneuve

- Les routes des illuminations perdues, Yves Ouahnon

Robert Laffont 

Rouergue


Sabine Wespieser 

AVOIR ÉTÉ MIGRANT, ZAHIA RAHMANI , sortie reportée sine die


Serge Safran 

- Le sourire de Mariam, Ghazi Rabihavi


Seuil

    - Les Oiseaux chanteurs  Christy Lefteri

    - Au vent mauvais,  Kaouther Adimi

- Vivre à ta lumière , Abdellah Taïa
- Voyage au bout de l'enfance,  
Rachid Benzine


Soupirail

Stéphane Marsan 

Stock

- Les Méditerranéennes de Emmanuel Ruben

- Mon frère fantôme, Mahi Binebine


Sydney Laurent

Tropismes 

- Je ne suis pas un roman, Nasim Vahabi


Turquoise

Verdier

Vérone

XO


Zulma 

- La Princesse de Zanzibar, Abdelaziz Baraka Sakin



PRIX du livre LORIENTALES 2022

LES FINALISTES

15_finalistes_ok_2_copie.jpg

Lorient le 30 mai 2022

Madame, Monsieur,

Voilà nos cinq livres finalistes pour le Prix du livre Lorientales 2022 que nous sommes heureux de vous présenter. 

Dans l'ordre après le décompte des points après le vote du comité de sélection:

1. Mustapha s'en va-t-en guerre de David Hury chez Riveneuve et Vingt stations de Ahmed Tiab chez l'Aube, ex aequo

3. Un chant pour les disparus de Pierre Jarawan chez Héloïse d'Ormesson. Nous attendons la confirmation de l'éditeur pour ce titre.

4. Aussi riche que le roi de Abigail Assor chez Gallimard

5. Mahmoud ou la montée des eaux d'Antoine Wauters Chez Verdier


Cette année, le jury est constitué de vingt personnes, douze femmes et huit hommes. 


PRIX du LIVRE LORIENTALES 2022

L'avant dernière liste

Les 9 romans pré finalistes du Prix Lorientales 2022
Les 9 romans pré finalistes du Prix Lorientales 2022

Le comité de sélection du prix Lorientales a retenu pour son avant-dernière liste, ces 9 romans au lieu de 10 prévus.

Ce sont tous de bons livres, aussi bien dans le fond que dans la forme. 

- Vingt stations, Ahmed DIAB, Editions de l'aube

- Un chant pour les disparus, Pierre JARAWAN, Editions Héloïse d'Ormesson

- En pays assoiffé, Emna BELHAJ YAHIA, des femmes Antoinette Fouques

- Mustapha s'en va-t-en guerre, David HURY, Riveneuve

- Mahmoud ou la montée des eaux, Antoine WAUTERS, Verdier

- Tihya, La légende des papillons aux ailes déployées, Nadia CHAFIK, des femmes Antoinette Fouques

- Aussi riche que le roi, Abigail ASSOR, Gallimard

- L'amour au temps des scélérats, Anouar BENMALEK, Emmanuelle Collas

- L'épouse d'Amman, Fadi ZAGHMOUT, L'asiathèque


Vous aurez plaisir à les découvrir et les faire partager, nous en sommes certains. 

Le 29 avril, le comité se réunira pour choisir les jurés et parmi cette pré liste, il ne retiendra que cinq livres au final, soumis au nouveau jury de ce millésime 2022.

Le lauréat sera connu le 10 septembre.


REGLEMENT du PRIX LITTERAIRE LES LORIENTALES 2023

Le 12ème prix du Livre Lorientales sera choisi parmi les romans édités en France et sortis en librairie en 2022, francophones, écrits en français ou traduits. Les auteurs pourront être de toute nationalité mais, le récit, les personnages, l'action, etc…devront nécessairement se référer à l'univers oriental.

Le jury, présidé par X, comprendra également le Président des Lorientales, créateur du prix ou, son représentant et les 20 jurés.

Pour les personnes n'habitant pas le Pays de Lorient, ils devront au préalable adhérer aux Lorientales.

Les jurés seront choisis par Les Lorientales parmi celles et ceux qui en auront fait la demande par lettre ou par un courrier électronique à compter du 2 janvier 2023, en expliquant les raisons de leur candidature, leurs goûts littéraires et, en mentionnant bien leur acceptation de ce règlement intérieur, à l'adresse suivante:


- PRIX LORIENTALES

4 rue du Kreisker

56100 Lorient

- contact@leslorientales.com


Les candidats sont priés d’indiquer leur date de naissance, majorité requise, leur situation de famille, leur profession, leur adresse exacte et, d’envoyer leur courrier avant le 31 mars 2023 à minuit, le cachet de la poste faisant foi.

Pour pallier une éventuelle défection de juré, il leur sera demandé de donner pouvoir au Président des Lorientales, lors de la délibération, et de lui remettre, sous pli cacheté, leur choix.


Les membres du jury recevront cinq romans sélectionnés par un comité de lecture constitué par Les Lorientales.
Les jurés peuvent, s'ils le désirent, se procurer ou acheter ces livres, à titre personnel.

Le jury se réunira à Lorient à 9h00 le samedi ... septembre 2023 pour délibérer. Cette date pourra être modifiée selon l'état de la situation sanitaire. La proclamation du résultat se fera l'après-midi de la date de la délibération, à 16:00.


Les jurés assisteront et participeront s'ils le souhaitent et dans la mesure de leurs possibilités, aux différents évènements consacrées au Livre Lorientales.

Les membres du jury sont bénévoles et ne recevront aucune rémunération ni aucune indemnité, sous quelque forme que ce soit.

Les livres qu'ils auront acquis à titre personnel ne leur seront pas remboursés.

Les livres qui leur seront prêtés resteront la propriété de l’association les Lorientales et seront restitués le jour de la délibération.

Le jury délibère valablement quel que soit le nombre des membres présents. La voix du président est prépondérante en cas d’égalité des voix.

Il n’y a pas de classement ex-aequo pour la désignation du Livre Lorientales.


Le fait même de participer à l’opération  Livre Lorientales implique l’acceptation pleine et entière de ce règlement.


Toute personne prenant part à cette opération renonce à tous recours sur les conditions de son organisation et de son déroulement, ainsi qu’à tous recours contre les décisions, y compris les résultats, du comité de sélection des livres ou du jury.

La responsabilité des Lorientales ne saurait être engagée à l’occasion des déplacements et séjours des jurés.


Omar Taleb

Président des Lorientales.

           

      Les dates clés:

- lundi 2 janvier 2023: appel à candidature pour le jury Lorientales 2022 et diffusion sur le site de la liste des livres sélectionnés.

- vendredi 31 mars 2023 : date limite d’envoi des lettres de candidature pour faire partie du jury 2022

- en avril 2023: annonce de la 2ème liste, les 10 livres pré-finalistes 

- en mai 2023: Réunion pour le choix des membres du jury et des 5 livres finalistes.

- samedi... septembre 2023: Délibération finale à partir de 9h00 et annonce du lauréat du Prix Lorientales 2023 à 16h00.

Ces dates hormis l'appel à candidature pourront être modifiées en fonction de l'avancée des lectures du comité de sélection et, de l'évolution de la situation sanitaire.

    


PRIX LORIENTALES 2021-LES CINQ FINALISTES

Apeirogon, Colum McCann, Belfond

Le tailleur de Relizane, Olivia Elkaim, Stock

Le silence d'Isra, Etaf Rum, Editions de l'Observatoire

Que sur toi se lamente le Tigre, Emilienne Malfatto, Elyzad. Prix Goncourt du 1er roman 2021

La laveuse de mort, Sara Omar, Actes-Sud Prix Lorientales 2021


Apeirogon, Colum McCann

Editions Belfond

images_ap.jpg
Colum McCann revient avec une œuvre atypique au cœur d’une tragédie infinie : le conflit israélo-palestinien. 
Apeirogon, n.m. : figure géométrique au nombre infini de côtés.
 
Rami Elhanan est israélien, fils d’un rescapé de la Shoah, ancien soldat de la guerre du Kippour ; Bassam Aramin est palestinien, et n’a connu que la dépossession, la prison et les humiliations.
Tous deux ont perdu une fille dans le conflit. Abir avait dix ans, Smadar, treize ans.
Passés le choc, la douleur, les souvenirs, le deuil, il y a l’envie de sauver des vies.
Eux qui étaient nés pour se haïr décident de raconter leur histoire et de se battre pour la paix.

Afin de restituer cette tragédie immense, ce conflit infini, et de rendre hommage à l’histoire vraie de cette amitié, Colum McCann nous offre une œuvre totale à la forme inédite.

Traduit de l’anglais (Irlande) par Clément Baude

Le tailleur de Relizane, Olivia Elkaim

Editions Stock

9782234086173-001-T.jpg


Relizane, pendant la guerre d’Algérie. Lorsqu’en pleine nuit, on frappe à la porte, Marcel, le grand-père d’Olivia Elkaim, craint pour sa vie et celles de sa femme et de leurs deux enfants. On lui enfile une cagoule sur la tête, il est jeté dans un camion et emmené dans le désert. Va-t-il être condamné à mort ou gracié ? Il revient sain et sauf à Relizane trois jours plus tard, et ses proches se demandent quel est le secret de ce sauf-conduit. A quoi a-t-il collaboré ? Quels gages a-t-il donné et à qui ? Viviane, son épouse, ses frères, sa mère, ses voisins, tous questionnent le tailleur juif. Mais il garde le silence. Quand un jeune apprenti arabe se présente devant son échoppe, Marcel comprend que tôt ou tard, il lui faudra quitter son pays natal.  


Après ce début d’une folle intensité romanesque, Olivia Elkaim retrace l’histoire de sa famille, l’exil des siens, leur arrachement à cette terre africaine, et leur fuite chaotique vers une France où rien ne les attend - ni confort, ni sympathie, ni même aucune aide administrative.  


Ces valeureux que le soleil caressait il y a peu, deviennent des réprouvés qui ne connaîtront que l’ombre d’une cave humide à Angers. Les grands-parents d’Olivia Elkaim, Viviane et Marcel, sont deux magnifiques personnages, entre Albert Cohen et Anna Magnani, qui ne cesseront de rêver d’échapper à cette triste France.  


Au-delà de tout ce que nous savons du retour d’une famille pied-noire en métropole, au-delà du drame humain, familial, politique, souvent commenté par les historiens, Olivia Elkaim explore sa part algérienne, juive, lyrique, à la fois enchantée et hantée, que son père Pierre avait tenté en vain de lui transmettre.

Par ce livre qui rend hommage à ses ancêtres, et à travers la photographie jaunie d’une grand-tante, retrouvée par hasard dans le cimetière juif de Relizane, elle se révèle aussi à elle-même.


Version anglaiseVersion anglaise



Le silence d'Isra, Etaf Rum

Editions de l'Observatoire

1580783417_9791032907504_v100.jpg

PALESTINE, 1990. Isra, 17 ans, préfère lire en cachette et s’évader dans les méandres de son imagination plutôt que de s’essayer à séduire les prétendants que son père a choisis pour elle. Mais ses rêves de liberté tournent court : avant même son dix-huitième anniversaire, la jeune fille est mariée et forcée de s’installer à Brooklyn, où vivent son époux et sa nouvelle famille.

La tête encore pleine de chimères adolescentes, Isra espère trouver aux États-Unis une vie meilleure mais déchante vite : les femmes sont cloitrées à la maison, avec les enfants ; les maris, peu loquaces, travaillent jour et nuit. Invisible aux yeux du monde, la jeune fille autrefois rêveuse disparaît peu à peu face à la tyrannie de sa belle-mère et la pression étouffante de devoir donner naissance à un fils. Mais comble du déshonneur, Isra ne met au monde que des filles, dont la fougueuse Deya…

BROOKLYN, 2008. Deya, 18 ans, est en âge d’être mariée. Elle vit avec ses sœurs et ses grands-parents, qui lui cherchent déjà un fiancé. Mais la révolte gronde en Deya, qui rêve d’aller à l’université et se souvient combien sa mère était malheureuse, recluse et seule. Alors qu’est révélé un secret bien gardé, Deya découvre que les femmes de sa famille sont plus rebelles que ce qu’elle croyait et y puise la force de changer enfin le cours de son destin.

Dans ce premier roman aux accents autobiographiques d’une force inouïe, Etaf Rum pose un regard toujours nuancé sur la force libératrice de la littérature pour les plus faibles et les opprimés et sur les conflits intérieurs des femmes d’aujourd’hui, prises en étau entre aspirations et traditions.

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Diniz Galhos.


Que sur toi se lamente le Tigre, Emilienne Malfatto

Editions Elyzad

1Unknown.jpg

Dans l'Irak rural d'aujourd'hui, sur les rives du Tigre, une jeune fille franchit l'interdit absolu: hors mariage, une relation amoureuse, comme un élan de vie. Le garçon meurt sous les bombes, la jeune fille est enceinte: son destin est scellé. Alors que la mécanique implacable s'ébranle, les membres de la famille se déploient en une ronde d'ombres muettes sous le regard tutélaire de Gilgamesh, héros mésopotamien, porteur de la mémoire du pays et des hommes.
Inspirée par les réalités complexes de l'Irak qu'elle connait bien, Émilienne Malfatto nous fait pénétrer avec subtilité dans une société fermée, régentée par l'autorité masculine et le code de l'honneur. Un premier roman fulgurant, à l'intensité d'une tragédie antique.


La laveuse de mort, Sara Omar, Prix Lorientales 2021

Editions Actes-Sud

1pll_2021040921_1_copie.jpg

Kurdistan, 1986. Lorsque la frêle Frmesk vient au monde, elle n’est pas la bienvenue aux yeux de son père. Ce n’est qu’une fille. De plus, son crâne chauve de nourrisson porte une petite tache de cheveux blancs. Est-ce un signe d’Allah ? Est-elle bénie ou maudite ? La mère de Frmesk craint pour la vie de sa fille. Quand son mari menace de l’enterrer vivante, elle ne voit d’autre solution que de la confier à ses propres parents.

Gawhar, la grand-mère maternelle de Frmesk, est laveuse de mort. Elle s’occupe du corps des femmes que personne ne réclame, ne veut toucher ni enterrer : des femmes assassinées dans le déshonneur et la honte. Son grand-père est un colonel à la retraite qui, contrairement à sa femme, ne lit pas uniquement le Coran mais possède une riche bibliothèque. Ce foyer bienveillant ne parviendra qu’un temps à protéger Frmesk des inexorables menaces physiques et psychologiques qui se resserrent sur elle, dans un pays frappé par la guerre, le génocide et la haine.

La Laveuse de mort est un roman violent sur la vie d’une enfant – puis d’une jeune femme – exposée à l’extrême.


PRIX LORIENTALES 2021

Les 10 livres pré finalistes

110_pfinaliste.jpg

Actes sud

- La laveuse de mort Sara Omar


Belfond

- Apeirogon de Colum MCCann


Elyzad

- Que sur toi se lamente le Tigre de Emilienne Malfatto

- Sept morts audacieux et un poète assis Saber Mansouri

Gallimard 

- Abraham ou La cinquième Alliance Boualem Sansal


Kontr

- OUÂF, Kemal Varol

Les éditions de l'Observatoire

- Le Silence d'Isra, Etaf Rum

Seuil 

- L'Apiculteur d'Alep, Christy Lefteri

Stock

- Le tailleur de Relizane Olivia Elkaim


Verdier

- Alger, rue des Bananiers Béatrice Commengé
























PRIX LORIENTALES 2020

Les 5 livres finalistes

5_finalistesok2.jpg

Qui a tué  Essabar? Image Robelin, éditions Henry

Notre ailleurs, Rasha Khayat, Actes Sud

Ougarit, Camille Ammoun, Inculte

Je ne reverrai plus le monde, Ahmet Alban, Actes Sud

Egypte 51, Yasmine Khlat, Elyzad


Ougarit

Inculte

Unknown.jpg

Ougarit Jérusalem, urbanologue de renom, est appelé à Dubaï pour insuffler une âme urbaine à cette cité du désert perçue comme une juxtaposition de tours ultramodernes et d’autoroutes tentaculaires. Originaire d’Alep, ville plusieurs fois millénaire aujourd’hui ravagée par la guerre, il est convaincu de trouver en Dubaï une ville facile à lire et dans ce projet un moyen de découvrir un aleph. Cet objet mythique décrit par Borges et qui permettrait de voir simultanément tous les points d’une ville taraude Ougarit depuis qu’il a fui la Syrie pour échapper à son enrôlement dans l’armée.
À Dubaï, il croise un vieil ami, ancien libraire, capitaine au long cours, coincé avec son navire chargé de tours Eiffel miniatures contrefaites, une étrange galeriste iranienne avec qui il noue une amitié amoureuse, un investisseur immobilier russe reconverti en collectionneur d’art, un jeune Émirati qui ne lit pas de romans, un vieil Émirati qui pourrait en être un…

Sur fond de quête mystique de l’aleph, Ougarit devient l’enjeu d’une lutte de pouvoir entre deux visions opposées de la ville… donc du monde. Se noue alors une intrigue impliquant les pouvoirs politiques locaux, les mafias indienne et chinoise et l’ensemble des personnages croisés au cours de ce livre, tour à tour roman d’aventures, roman politique, roman urbain.


Egypte 51

Elyzad

EGYPTE51-INTERNE_80153c4acabbb1fed1361a9d522097a5.jpg
« Vous voyez, j’ai l’impression de ne pas connaître cette Égypte en résistance dont vous parle votre ami Abd el Hay. De me tenir en face d’elle en habit de princesse égarée dans son propre pays, entre deux mondes, comme dans le bal masqué de l’autre soir. Alors racontez-moi », écrit Mia dans une des lettres qu’elle adresse à Stéphane.

1951. Stéphane est tombé amoureux de la fantasque et fragile Mia lors d’un séjour au Caire. Depuis Ismaïlia, petite ville au bord du Canal de Suez où il exerce en qualité de médecin, il courtise la jeune fille. Tous deux, imprégnés de culture française et protégés par le cocon de leurs familles syro-libanaises aisées et raffinées, peinent à comprendre cette grande Égypte où se côtoye aussi tant de misère. Ils se sentent un peu en dehors. Ils s’interrogent sur leur décalage, tandis qu’au-delà des différences, des liens forts se nouent, avec Abd el Hay le confrère égyptien médecin, avec Léa qui enseigne au Lycée de l’Union juive, avec le mystérieux Ramo qui a fait chavirer le coeur de Mia... Mais les conflits grondent déjà. En 1956, la nationalisation du Canal jette les personnages dans la tourmente. Vers où les vents puissants de l’exil les mèneront-ils ? Libéria, France, Liban... autant de tentatives pour recréer des fragments de bonheur, malgré les séparations et la guerre...
 

Je ne reverrai plus le monde

Actes Sud

9782330125660.jpg

Ahmet Altan est romancier, essayiste et journaliste, il était aussi rédacteur en chef du quotidien Taraf jusqu’au 15 juillet 2016. À cette date, la Turquie s’enflamme, des milliers de personnes descendent dans la rue à Istanbul et à Ankara suite à une tentative de putsch. Le lendemain commence une vague d’arrestations parmi les fonctionnaires, les enseignants, l’armée et les journalistes. Ahmet Altan fait partie de ceux-là, il sera condamné à perpétuité, accusé d’avoir appelé au renversement du gouvernement de l’AKP. Ahmet Altan a 69 ans.

Ces textes sont écrits du fond de sa geôle. Poignants, remarquablement maîtrisés, ces allers-retours entre réflexions, méditations et sensations expriment le quotidien du prisonnier mais ils disent aussi combien l’écriture est pour lui salvatrice. Tel un credo il s’en remet à son imagination, à la force des mots qui seule lui permet de survivre et de franchir les murs.

Un livre de résilience exemplaire.


Page(s):  1  2  3 

©2010-2022 Azimut - Créateur de solutions numérique
Mentions légales